De Sao Jorge à Pico, de surprises à revirements

L’album dédié : https://adobe.ly/3zEffEZ

Ces derniers jours nous avons quitté Terceira pour aller visiter d’autres îles. On a commencé par Sao Jorge, dernier passage pour Océane en 2010. La sortie de la baie de Praia brasse un peu de bon matin et Florian attaque par 3h de sieste pour s’en  remettre mais sinon navigation côtière calme avec vent portant. Mouillage en fin de journée à Velas (prononcez Vélache).

Le lendemain Hélène a rendez-vous pour passer son test PCR J+6. On se renseigne à la capitainerie et ils nous annoncent que c’est à un autre bled Calheta à 25min de voiture… Sachant qu’il y a moins de 10000 habitants sur l’île et que Velas en est la capitale (environ 2000 personnes) ça  nous surprend. Vu que ça ferait plus cher en taxi on se met en quête d’une voiture de location pour la journée.  Il est 9h, un peu tôt pour le village qui se réveille doucement. Mais à 11h nous voilà fin préts, on arrive au centre de test à 11h30 et ils nous disent que le rdv était à 10h. N’ayant jamais eu l’info et les échanges de mails faisant foi ils s’en occupent tout de même.
On en profite pour visiter le port de pêche de Calheta, enfin la jetée surtout avec 2-3 bateaux au sec. Ensuite direction le nord pour aller manger dans le même restaurant qu’en 2010. Il surplombe une superbe piscine naturelle comme ils savent les faire ici pour rendre les côtes volcaniques escarpées baignables et les eaux fraîches (surtout pour Florian) un peu plus chaudes. On y passe un bon moment.

Nous sommes bien contents d’être en voiture car Sao Jorge est l’île la plus longiligne et ses côtes sont très abruptes… Surtout la face Nord où la zone habitable en bord de mer est très réduite et les falaises, bien cachées sous une végétation luxuriante, montent vite à 700m d’altitude.

Le soir retour au bateau en passant bien évidemment faire des courses. Le lendemain il fait un peu gris. Oc, Fred et LN vont tout de même faire de l’apnée.  Les falaises tombent à pic c’est plutôt joli et l’eau est claire mais peu de vie sous-marine.
L’aprèm c’est balade en haut du « piton » qui surplombe Velas. Un peu de vent et de pluie mais une sacrée vue depuis le haut des falaises et ça nous fait un petit échauffement en prévision du lendemain car le programme c’est ascension du Pico le sommet des Açores et du Portugal avec ses 2350m.

On se couche tôt et au matin dès 6h les capitaines se lèvent, Océane aide à l’envoi du Génois et retourne se coucher. 1h30 de route pour changer d’île avec une mer toute calme et le vent de travers, c’est agréable.


On mouille dans le petit port de Sao Roque et on appelle le taxi afin de rejoindre le départ. Nous sommes plutôt optimistes, contrairement à la veille il fait grand beau et même si le volcan à la tête dans les nuages on espère bien que ça se dégage durant la montée. Après 35min de route on arrive à 1350m d’altitude à l’entrée du site. Hélas à l’accueil, ils nous expliquent que l’ascension est déconseillée car le nuage ne se lèvera surement pas sur la face Sud où passe le chemin et qu’il y a 80km/h de vent au sommet…  
On hésite un peu mais comme pour monter il faut louer des GPS (25€/pers) pour qu’ils puissent nous suivre et nous retrouver en cas de pepins et qu’on n’est pas franchement équipés pour ces températures (on a prévu chaud et pluie mais pas le vent) on décide plutôt de redescendre à pied jusqu’au bateau.

C’est très beau sur les contrefort du volcan, on avance tranquillement malgré les fréquents arrêts pour photos et vidéos. 1h après notre départ le, le sommet est quasi dégagé depuis la face Nord, on regrette presque mais on est à l’abri du vent et on se réconforte en imaginant la face sud toujours encombrée. 

Afin de positiver définitivement on se promet de revenir un jour faire de la vraie randonnée et bivouacs sur cette île prometteuse.

Au fur et à mesure de la descente les jambes fatiguent, les pieds sur les cailloux noirs volcaniques ont chaud, après le mois de traversée c’était sûrement une option plus raisonnable physiquement.

Et puis les paysages sont hyper colorés et variés, on croise quasi personne et on emprunte des routes ou l’on croisera 1 voiture en 3h. C’est plus que tranquille ! 🌳🌿🌱🥾

20km de marche dans les jambes on est contents de tremper les pieds quand les Freds nous retrouvent sur le quai.

Il va falloir travailler sur les trapèzes pour le portage de sac, entre 9 et 7kg pour celui d’Océane avec matos (contente d’avoir changé pour un boîtier photos 2 fois plus léger) et eau, Flo a profité du pique-nique pour passer de 9 à  5kg . 🎒

Aujourd’hui journée repos, on retourne au moteur à Terceira. Océane a décroché un montage vidéo type Habiteo mais pour une boîte Grenobloise, ça tombe assez bien niveau timing.
(Enfin sauf quand il faut faire des visios avec les clients durant les navigations… aujourd’hui ça aura eu raison du bracelet anti mal de mer et du repas de midi. Mais j’allais pas passer 3mois au bateau sans être malade 🤤)
Et on est contents d’avoir encore des rentrées car on a refait la carte grise de notre Jon 🚍 et on est tombés des nues, pour un trafic ça coûte bonbon. Mais Océ est contente d’avoir sa première voiture à son nom et d’autant plus avec les projets que ça rend possible. La machinerie est en route les plannings pour juillet avance. On attaquera par le quart Sud-Ouest ! (Clermont-Ferrand est-ce encore le sud ?🤔)

A vite les amis !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *